Sept conseils pour aider votre enfant a se coucher

Sept conseils pour aider nos enfants à se coucher

mouton.png

 

Votre bambin refuse catégoriquement d’entendre parler du marchand de sable et le fait savoir haut et fort. Voici quelques précieux conseils pour l’aider à s’endormir !

Cris, pleurs, soif, petite envie de dernière minute… Tout est bon pour ne pas aller se coucher. Chaque soir, c’est la même histoire et vous éprouvez une certaine lassitude.

Commencez par vous rassurer : les troubles du sommeilchez les jeunes enfants sont très fréquents et le vôtre n’est pas une exception. C’est un passage presque obligé. De quoi relativiser ces crises ! S’il n’existe pas de recettes magiques pour que le moment du coucher ne se transforme pas en champs de bataille, quelques pistes à explorer peuvent faciliter l’endormissement.

Les fatiguer

Pas toujours évident quand on travaille… Mais un enfant qui a du mal à s’endormir est peut-être un enfant qui ne s’est pas assez dépensé dans la journée. Lui faire faire des activités physiques, des jeux, va lui demanderbeaucoup d’efforts et le fatiguer. Il acceptera ainsi mieux le moment d’aller au dodo car il en éprouvera le besoin.

Mettre en place des rituels

Les enfants sont sensibles à leur environnement. Il est important pour eux de retrouver les mêmes repèrestous les jours de façon à les préparer progressivement au sommeil. Par exemple, tous les soirs, vous pouvez leur donner le bain, les faire manger, leur lire une histoire et les coucher. Cet enchainement d’activités quotidiennes les aidera à accepter le moment d’aller se coucher. L’heure du coucher doit également être la même tous les soirs de façon à ce que l’organisme adopte ce rythme.

Faire le calme

Au moins une heure avant d’aller, le calme doit s’installer dans la maison. Pas de bataille de coussins ou de folles parties de cache-cache ! C’est le temps des jeux calmes ou de la lecture. La télévision est également déconseillée. Si les enfants sont calmes au moment où ils la regardent, plusieurs études ont montré qu’ils étaient beaucoup plus excités par la suite.

Le rassurer

Aller se coucher, c’est se séparer. Il est important que votre petit comprenne que vous êtes à côté et que vous interviendrez au moindre problème ou cauchemars qui peuvent être fréquent aux alentours des trois à cinq ans de l’enfant.

Le moment d’aller se coucher peut être une réelle source d’angoisse et de peur. Peur d’être seul, peu du noir… Une petite veilleuse, une boite à musique, une décoration phosphorescente (avec des stickers par exemple) pourront le rassurer. Evidemment, un doudou peut également être d’une aide précieuse. Mais si vous avez l’impression que cette peur ressemble à de la panique, vous pouvez en parler à votre pédiatre ou consulter un psychologue qui mettront peut-être le doigt sur une angoisse profonde.

Prendre son temps

Pas facile après une longue journée... Mais il est important de prendre son temps au moment d’aller se coucher pour faire le plein de bisous et de câlins, raconter une petite histoire (ou deux), chanter une chansonnette, écouter une musique douce. Ce moment de tendresse aidera votre petit à se glisser dans les bras de Morphée. Chez les plus récalcitrants, rester jusqu’à ce que les paupières lourdes de sommeil ne se ferment peut être une étape pour que votre petit devienne plus autonome au moment de se coucher.

Se relaxer

Votre enfant est tendu, énervé, stressé ? Pourquoi ne pas essayer quelques techniques de relaxation ou un peu de yoga qui le mettront dans de bonnes dispositions avant de se glisser sous la couette ? Il existe des livres qui pourront vous enseigner quelques exercices mais un sophrologue ou un professeur de yoga pour les enfants seront à même de vous apporter de l’aide.

Etre ferme

C’est vous qui décidez du moment du dodo. Pas question de céder et ni de se relever dix-huit fois pour boire ou aller aux toilettes ! Il faut lui faire comprendre que dormir n’est pas une punition mais un moment de bien-être pendant lequel il va grandir.

Toutefois, vous pouvez l’autoriser à rester quelques minutes dans son lit pour jouer tranquillement avec ses doudous ou feuilleter un livre. Ce temps calme va lui permettre de « décharger » les émotions accumuléespendant la journée.

Ce passage parfois douloureux au sommeil peut être très difficile à vivre pour les parents, eux-mêmes, fatigués de leur journée. Dans la mesure du possible, soyez patient et d’alterner : un soir papa, un soir maman, pour vous permettre de souffler. Et gardez à l’esprit que ce n’est qu’un mauvais moment à passer et que bientôt votre ange s’endormira

Source : Babyfrance

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site